Les projets

Résumé
Laurent, personnage créé par Clarisse, connaît des problèmes. L’auteure s’inquiète de son sort. Elle poursuit néanmoins une vie personnelle mouvementée.

Nouvel épisode.
Laurent est méconnaissable. Luce se plaint :

« il est morose, il ne veut plus chevaucher, il ne propose plus de projets, rien ne lui fait plaisir ».

D’humeur mélancolique, il se confine aux tâches routinières et réserve son énergie pour le travail où il est encore fonctionnel. Luce commence à trouver ennuyeux cet homme sans entrain et sans ressort. De son côté, il la trouve peu compatissante. Leurs échanges sont brefs, parfois acrimonieux.

Clarisse reste perplexe. Où est l’homme résilient qu’elle a mis au monde? Elle en oublie presque son voyage à Venise…

Le retour d’Yves la ramène sur terre. Éperdue de confusion, de désir et d’espoir, elle se jette dans ses bras…
Plus tard, elle lui parle de La Fenice. L’enthousiasme de Clarisse est contagieux. L’amateur d’opéra est ravi et un voyage d’amoureux se développe tout naturellement. Reste à fixer un temps. Juin? Cela semble bien loin à l’impulsive romancière, mais son sens du devoir prévaut. Elle doit sauver Laurent du suicide!

L’écrivaine ne manque pas de sens dramatique, mais elle a aussi de l’expérience : son frère a commis l’irréparable…
Il était de huit ans de son aîné: son mentor et son confident. Elle était trop jeune pour comprendre la douleur de Raymond. Rien ne l’avait préparée, ni à ce geste, ni à la longue absence qui s’en suivit. Quelque chose lui manquait, mais elle ne savait pas comment nommer ce vide. Pas étonnant qu’elle se soit longtemps promenée dans la vie comme un automate.

L’écriture avait sauvé Clarisse.

L’avenir

Résumé
Entre deux visites de son nouvel amoureux, Clarisse tente de reprendre le fil de son nouveau roman, mais elle n’y parvient guère. Il y a des nœuds qu’elle ne peut défaire. Il lui répugne de décrire les amours de Laurent et de Luce; elle s’y résignera sans doute un jour…

Nouvel épisode
Lors de son dernier séjour, Yves lui a proposé de voyager avec lui (et son ordinateur, bien entendu). Clarisse songe sérieusement à cette suggestion. Le passé remonte à la surface. Des moyens financiers limités ont marqué sa jeunesse, et plus tard, Philippe devint prisonnier de son travail. Elle s’est peu déplacée jusqu’à ce jour.

Ses vieux rêves remontent à la surface : des villes historiques, des paysages insolites… Malgré le charme d’Yves, les anneaux de glace ne réussissent pas à retenir son attention longtemps.

« J’y pense, mon chéri est fou de musique. Si on allait à l’opéra? Il y a La Fenice qui par un merveilleux hasard se trouve à Venise! Je crois que ce théâtre a été reconstruit après le dernier incendie. Je vais vérifier… Le roman peut attendre.»

Clarisse est déjà mobilisée. Elle fouille l’internet et les guides de voyage hérités de sa mère. Elle a déjà tracé son séjour à coup de vaporettos. Puis, elle s’interrompt, comme frappée par la foudre, la culpabilité la secoue

« Il faudrait quand même planifier à deux! Je deviens une horrible manipulatrice! »

Elle va attendre la présence d’Yves pour effectuer les démarches pratiques, mais elle continue néanmoins de rêver… Les romans de Donna Leon lui ont fait découvrir non seulement les nombreux problèmes de Venise : pollution des eaux, pêche illégale, corruption de tous genres, mais aussi de merveilleux paysages, grâce au commissaire Brunetti. Ce dernier vogue au-delà du Grand canal pour mener ses enquêtes; grandes marées, pluies, canaux secondaires, rien ne le rebute.

De plus,Clarisse se souvient que son amie Suzanne lui avait parlé de certaines publications de Donna Leon chez Random House. Dans un élan d’enthousiasme, la romancière avait même conservé une découpure de journal où Donna Leon partage ses bonnes adresses au pays des doges.

« Venise, ce serait merveilleux!!! » pense Clarisse, toute excitée par ces perspectives.

Plus tard, malgré tout, une vague inquiétude se manifeste. Que devient Laurent?

Elle a prévu pour son héros, le deuil d’un être cher, mais elle ne s’attendait pas à pareille réaction. Il est profondément affecté, et de façon persistante…

« Je n’aime pas les départs définitifs. Je ne crois pas à une autre vie. »

Laurent, inconsolable, glisse imperceptiblement vers la dépression. La romancière se demande comment le sortir de ce passage sombre.

Y réussira-t-elle?