Les limites du « rationnel »

Que de décisions sont prises hors du « rationnel », l’émotion est survenue au moment d’agir :

  • l’achat d’une maison en zone inondable
  • un déménagement subi
  • une retraite immédiate

La liste pourrait s’allonger, celle des gestes « irrationnels » ou appelés « instinctifs » par d’autres personnes.

L’émotion et la logique se confrontent depuis longtemps : tantôt l’une, tantôt l’autre, triomphe.

« Il ou elle n’aurait pas dû », l’entourage est surpris par « l’irrationnel ». Mais, il est trop tard pour mettre du « rationnel » dans ce qui est « irrationnel ». Lorsqu’un sourire radieux domine, le « rationnel » ne peut que s’incliner.

Il doit aussi s’incliner devant les objectifs poursuivis par certaines personnes : « c’est le rêve de ma vie ». Certains rêves s’inscrivent mal dans la réalité quotidienne donnant lieu à des conflits intérieurs.

L’âge de l’apaisement est-il le lot de tous?

 

 

 

 

La confiance

Je l’ai déjà eu, je ne l’ai plus …

J’ai réalisé récemment combien la confiance est importante dans la vie.

Avant, j’avais confiance que les automobilistes respecteraient les codes de la route : tenir compte des feux de circulation, ne pas dépasser dans une courbe, laisser passer une auto qui cherche à changer de voie, etc.

J’avais confiance que les piétons ne s’engageraient pas à traverser une rue sans regarder en haut et autour, afin de s’ajuster au besoin…

J’avais confiance que les cyclistes profiteraient des passages qui leur sont réservés.

J’avais confiance que les scooters, motos et autres véhicules à moteur se déplaceraient raisonnablement…

Avant, je croyais pouvoir prédire la tournure des événements, grâce à ma connaissance des comportements de l’autre, maintenant c’est fini et je suis souvent affolée sur une route où je ne peux prévoir…

Un être mystérieux

Les mystères de mon chat.

Malgré tout ce que j’ai vu et lu, je ne comprends pas un certain nombre d’aspects chez mon chat: je ne comprends pas ses goûts alimentaires et ses horaires (si variables), ni ses choix de lieux pour dormir en solitaire, ni ses marques d’affection subites, ni ses réveils insolites, ses apparitions inopinées, etc. Par temps chaud, il n’est pas attiré par mon balcon ensoleillé. J’y perds mon latin! Serait-il stupide? Ou fou?

 

Pourtant mon langage quotidien et celui de beaucoup de Québécois se réfèrent à cette race d’animaux.

  • Se lécher les babines.
  • Manger des langues de chat.
  • Faire un lavage de chat.
  • Flatter dans le sens du poil.
  • Faire une toute petite sieste (« A CAT NAP » selon les anglophones).
  • Que dire de la ruse, de la grâce et de la souplesse féline!

 

Il m’arrive d’aimer, même si je ne comprends pas, je continue donc de caresser!