Mon chat

Un très long mâle. Il est terrible.

Malgré son obésité (officiellement reconnue), il grimpe partout. De façon surprenante, il est capable de se hisser sur mes commodes, mes tables de travail, mes étagères de livres, etc.

Il hume tout : mes dossiers, mes vêtements, mon ordinateur, ma nourriture, mes meubles, les portes de mes armoires, le cachemire, etc.

Il murmure en me suivant (même dans la salle du trône), j’ai maintenant une ombre.

Il marche sur mon clavier, il joue avec mes crayons et déplace mes gommes à effacer.

il cherche mes caresses même la nuit.

 

Il est terrible, mais (il ne le sait pas) je l’adore

 

Le bruit

Je suis, comme mon chat, très sensible aux bruits.

J’ai donc délaissé le bruit de la ville avec ses camions, ses poids lourds, ses autobus et autres engins; j’ai opté pour la campagne. Mais il y a aussi des bruits dans ce nouvel environnement.

 

Aujourd’hui, il pleut, donc congé de bruits extérieurs : pas de moto marine, pas de bateau à haute vitesse, pas de tondeuse, pas de tronçonneuse, pas de déchiqueteuse, pas de motocyclette, pas de livreur de terre dont le camion recule souvent. La paix…

Dans mon vieux chalet de bois, certains bruits ne se taisent jamais. Cette vieille carcasse toute croche s’exprime : craquements de tous genres. De plus, la pluie crépite sur le toît de métal.

Je me réjouis néanmoins de ce silence relatif, les fleurs qui poussent et les araignées qui tissent ne sont pas bruyantes.

 

 

 

une denrée précieuse

Les enfants en débordent, les personnes vieillissantes en ont de moins en moins, les personnes épuisées, accidentées ou très malades la cherchent désespérément. Quel est ce bien si précieux? L’énergie.

Pas celle des compagnies qui fournissent de l’électricité, pas celle des mouvements écologistes, mais cette mystérieuse qualité individuelle qui est la base de notre vitalité matérielle et spirituelle.

Sans elle, rien ne va plus.

Lire… pas envie.

Rédiger… pas envie.

Jouer… pas envie.

Déambuler…pas envie.

Communiquer…pas souvent, pas longtemps.

Manger…pas faim.

 

Le manque d’énergie affole les hyperactifs et attriste ceux ou celles qui sont habituellement actifs.

Cette force, cette poussée vers… délivre du repos et de l’inactivité. Le désir de … se manifeste chez une personne dont les « piles personnelles » sont rechargées (expression préférée d’un ami).

Sentir à nouveau l’énergie, c’est renaître, revenir à la vie.