une paix temporaire

Résumé
Avec l’aide de ses musiciens, le nouveau personnage de Clarisse prépare un C.D. Yves, l’amoureux de Clarisse, reste au loin avec ses protégés qui se couvrent de gloire. Clarisse réussit à repousser l’offre de son voisin, mais ne peut repousser ni les tâches domestiques, ni la technologie de communication moderne.

Épisode
Quelques semaines plus tard…

Clarisse a réussi son projet de séjourner à la campagne avec Yves. Elle retrouve non seulement la maison de son père, mais un lieu où le temps s’arrête pour elle.

« Ma balançoire! Ma rivière… »

Elle se désole de voir que sa vieille boite aux lettres est maintenant désaffectée. Elle se souvient de sa fébrilité d’adolescente qui attendait une missive de son petit ami; celui qui l’entretenait de philo, de théâtre et d’opéra. À quinze ans, elle était béate d’admiration devant ce collégien qui lui tenait des propos aussi passionnants. Une correspondance assidue, rythmée par leurs absences respectives, s’est établie, avec la complicité de la vieille boite aux lettres.

Plus tard, les lettres passionnées de ses premiers amants se frayaient un chemin parmi les factures. Elle conserve ces billets dans une grande boite, pour les relire quand elle sera vieille. Doux souvenirs…

Bien que rouillé, le vieux contenant a fidèlement servi la famille pendant des décennies. L’été, il assurait un lien avec la ville, les amis et les parents.

Elle regarde le substitut offert par Postes Canada, les boites communautaires, uniformes, carrées, n’ont aucun attrait pour la romantique écrivaine.

Elle se tourne vers la maison.
Chaque pièce a abrité des souvenirs heureux…
Poursuivant sa ronde, Clarisse arrive à sa table de travail, tout en haut des escaliers. Les images de Laurent et de David l’assaillent subitement. L’expression de son visage change. Yves n’est pas sans le remarquer. Une petite pointe de jalousie, vite réprimée par son gros bon sens.

« Ils sont virtuels, moi je ne le suis pas! » pense-t-il

Il sait que son amoureuse connait des humeurs changeantes. Pourquoi en parler et gâcher le moment présent? Il continue, avec elle, la tournée du domaine.

Ce n’est pas Venise, mais pour lui, c’est une échappée de la glace perpétuelle des arénas. Enfin de la chaleur, toutes les chaleurs!
Il se sent en vacances ; il peut oublier les blessures, les douleurs et les fatigues de ses clients et mettre de côté sa vigilance et son optimisme professionnels.

Clarisse est heureuse et savoure une paix que, par expérience, elle sait fragile.

Un petit ennui

Résumé

David, le nouveau personnage de Clarisse a connu un succès fulgurant avec une chanson : Le souffle. Yves, l’amoureux de Clarisse, s’attarde au loin, ses protégés gagnent des médailles. Revenue de son voyage à Venise, Clarisse retrouve le quotidien de sa ville. Elle se bute aux changements technologiques liés à la communication.

Épisode

Clarisse a fait une concession à la modernité, elle utilise un téléphone intelligent, communément appelé smartphone. Elle a appris à texter, mais sans utiliser le langage abrégé des utilisateurs réguliers, un jargon pour les accros, à son point de vue. Elle continue de s’accrocher aux mots, même si elle a lu que se sont des « has been ». Dans son livre sur les selfies, Elsie Godard explique : « le monde s’écrit en photos.

Clarisse continue, malgré tout, son travail d’écriture. Elle attend un nouveau succès de David avant de poursuivre un autre épisode de son roman. Elle mise beaucoup (trop?) sur les aventures de son personnage. Celui-ci, complètement absorbé par la préparation de son prochain CD, délaisse la communication avec l’écrivaine. Malgré cela, Clarisse le trouve attachant : elle aime son côté intrépide et enthousiaste.

La romancière se sent victime des routines quotidiennes.
« Ah, les tâches domestiques! »
Ses réflexions moroses sont interrompues par le carillon d’une sonnette.

C’est le voisin!
Premier visiteur depuis la mort de Laurent. Il vient aux nouvelles et pose beaucoup de questions. Clarisse trouve indiscret celui qu’elle estime grand porteur de commérages.
Enhardi, par la tasse au contenu fumant que lui offre toujours l’écrivaine, il lui propose de l’accompagner dans un salon de thé :
… question de prendre plus de temps…

Clarisse est estomaquée; le grand bavard en veut plus! Quel culot!
Elle trouve un prétexte pour reporter la sortie et le met gentiment à la porte.

Reviens Yves!
Clarisse croit que la présence d’un conjoint découragera cet audacieux voisin. L’importun avait remarqué les longues périodes d’esseulement de Clarisse.
« Il partage mon palier, mais pas mon lit! » pense-t-elle.

Reviens Yves!
Elle y pense à nouveau. Intensément.
Ils seraient bien tous les deux dans la grande maison de campagne de son père. Sa belle-mère, son frère, sa sœur, leurs enfants, ont eu tout le loisir d’y séjourner.
« Après le 15 août, ce sera mon tour ».

Elle rêve de ce lieu qui est magique pour elle.

_________________________________________
Godart, Elsie, Je selfie donc je suis, éditions Albin Michel, Paris, 2016, 224 pages.

Les succès

Résumé

Clarisse s’est un peu remise du décès de Laurent. Bénéficiant d’un sursis de dix mois, elle s’est courageusement remise à l’œuvre et envisage d’utiliser les aventures de son nouveau personnage, comme trame de fond pour son roman. David s’est blessé au cours de son travail de modèle et profite de cet arrêt pour se concentrer entièrement à ses activités de musicien. Une de ses chansons a connu un succès retentissant.

Épisode

Ayant surmonté son ambivalence, Clarisse se réjouit finalement du succès de David. Elle compte bien l’exploiter dans ses écrits. Elle cherche des mots, des rythmes, pour dépeindre la joie et l’exubérance.
«Enfin, un personnage qui fréquente le bonheur!
Quel bel épisode à rédiger et à pimenter! »

Elle observe l’effervescence qui s’est emparée de son David.
Il a réuni ses musiciens et leur propose d’enregistrer plusieurs chansons : ce CD les propulsera…
David s’avère un excellent vendeur ; tous se mettent à l’œuvre. Transcriptions et répétitions se succèdent… L’immobilité de son poignet gauche n’empêche pas David de chanter. Il est dans son élément, il est heureux. Son enthousiasme contamine le groupe.

Clarisse pense moins à Yves, absorbée par les péripéties du nouveau roman. Son amoureux s’attarde à l’étranger plus longtemps que prévu, ses protégés connaissant enfin le succès; ils remportent des médailles. Grâce à eux, l’entraineur vit, lui aussi, des épisodes palpitants.

Mais, le quotidien comporte ses tyrannies, Clarisse doit faire quelques emplettes dans son quartier. Elle se rend, entre autres, à sa banque où une surprise l’attend. Sur la fenêtre du guichet, un nouveau slogan.

La rapidité c’est bien, mais l’instantanéité, c’est mieux.

Clarisse soupire. « Cela explique tout » pense-t-elle. La multiplication des téléphones intelligents et le nouveau sentiment d’urgence auquel elle se bute au quotidien. Les textos de son neveu de neuf ans lui rappellent constamment cette grande avancée!

Secouée, la romancière, que la nouvelle technologie hérisse, se hâte de regagner le refuge de ses écrits.
La première version de ses chapitres est encore écrite à la main!

Tiendra-t-elle le coup face à cette révolution?