Ça y est!

Ça y est!
Résumé
Perturbée par les changements associés à la mort de Laurent, Clarisse a surmonté une partie de son chagrin et a tenté une rencontre avec son éditeur. Celui-ci, trop occupé, a délégué son assistante, Madame Delcourt, pour l’entretien. Finalement, la date de remise des travaux a été reportée de 10 mois. Clarisse cherche un nouveau personnage pour son roman.

Épisode
Après plusieurs jours de rêve éveillé, Clarisse a eu un coup de cœur en imaginant un bel Italien, merveilleusement musclé, qui sert de modèle dans les cours de dessin de l’École des Arts de Montréal. Elle l’a nommé David, en souvenir de la sculpture de Michel-Ange.

Avant de se mettre à écrire, elle prend le temps de faire connaissance. Âgé de 25 ans, il n’a jamais été marié. Que fait David en dehors des heures où il prend la pose? De la musique. Elle n’en croit pas sa chance; quel personnage intéressant!

David a créé le groupe des « Étranges », qui se produit occasionnellement dans les salles de la métropole. Lorsque Clarisse lui pose des questions sur son « band », David devient intarissable. Il a engagé un tromboniste, un violoniste, une claviériste, une guitariste, un percussionniste ; lui, se contente de chanter. L’imagination de Clarisse n’a aucune difficulté à les voir évoluer sous les projecteurs.

Le musicien doit néanmoins gagner sa vie; il continue donc de s’exhiber devant les étudiants(es) en art. Il est très recherché comme modèle. Ses muscles constituent le ravissement ou le désespoir des élèves (selon leur talent). Sa capacité de rester immobile pendant de longues périodes a conquis les professeurs.

Clarisse se rend compte qu’elle est en train de recréer la relation qu’elle a entretenue avec Laurent : faire d’un personnage littéraire un être vivant.
« C’est plus fort que moi… »

Elle est très excitée par la perspective de ce nouveau défi d’écriture. Cela lui rappelle de bons moments de son enfance : une anticipation parfois fébrile…

« Je me sens comme une écolière qui vient d’acheter ses cahiers et ses crayons en vue de la rentrée scolaire. »

Repensant à son nouveau personnage Clarisse se demande

« Qu’arrivera-t-il à cet homme si talentueux? »

Clarisse et son éditeur

Résumé
Laurent est décédé des suites de sa maladie. Clarisse a été inconsolable, ayant l’impression de perdre un enfant. Elle a aussi perdu le personnage principal de son roman et se demande comment son éditeur va réagir. Elle est angoissée.

Épisode
Clarisse a pleuré la mort de Laurent pendant plusieurs jours.

Elle se décide enfin à visiter son éditeur. Elle redoute cette rencontre. Comment expliquer la relation très spéciale qui l’unissait à son personnage central? La mort prématurée de celui-ci? L’arrêt de l’écriture de son roman? Les questions tournent dans sa tête, mais elle ne trouve pas de réponse. Son estomac est noué, sa tête est endolorie, l’anxiété la tenaille.

La secrétaire de l’éditeur lui annonce qu’il ne peut la recevoir sans rendez-vous préalable : il est très occupé. Devant la mine déconfite de Clarisse, elle ajoute :
« je vais voir ce que je peux faire »… Elle se rend dans le bureau du patron et referme la porte.

Ce contretemps n’a pas pour effet de soulager l’inquiétude de Clarisse.
L’éditeur délègue son assistante pour l’entretien. Le tailleur noir et les talons hauts de celle qui entre dans la pièce n’augurent rien de bon aux yeux de Clarisse; quelques rides laissent deviner l’âge mûr de Madame Delcourt. Mais lorsqu’elle s’approche, son visage s’anime, elle s’assied près de Clarisse, se présente et, chaleureuse, lui tend la main.

Mise en confiance, l’écrivaine dévoile son histoire au meilleur de ses capacités, sous l’œil parfois amusé de celle qui en a vu d’autres! Clarisse croit que tout va bien et ne peut réprimer sa surprise lorsque Madame Delcourt se lève et se met à arpenter la pièce; ses talons martèlent le plancher et les tempes de Clarisse. Pour cette dernière, la réflexion du substitut de l’éditeur semble interminable…

Madame Delcourt revient s’asseoir,
« vos explications ont finalement vaincu ma réticence, nous allons reporter de 10 mois la date de remise de votre travail ».

Clarisse n’en croit pas ses oreilles. Cette phrase a suffi pour qu’elle retrouve son sourire. Elle respire mieux. Elle peut continuer à vivre tout en cherchant un personnage qui touchera son cœur.

De retour à son domicile, elle essaye de se détendre et se met à feuilleter les livres de sa mère.
« Tiens, en voici un sur l’Italie »
Sans trop savoir pourquoi, elle n’envisage pas une vedette féminine.
« Il sera italien et en très bonne santé », se dit-elle.
Elle laisse son inconscient travailler et s’amuse à contempler les paysages de la Toscane.

Qui sera le prochain élu?