L’heure bleu

L’heure bleu

où on a les « bleus » (expression québécoise),

où l’on regrette le couvre-feu à venir,

où l’on voudrait sortir un peu,

où l’on promène allègrement son chien,

où la torpeur du confinement nous gagne.

Alors que mon fils cadet était jeune, il a inventé l’expression

l’heure bleu en regardant le crépuscule.

En mode solution

Nouveau slogan québécois : il y a urgence d’agir,

il faut se mettre en mode solution.

On nous pousse à passer à l’acte, les bonnes paroles et

les belles promesses ne sont plus acceptées.

Soyez vigilants, alertes,

il y a urgence d’agir.

En ces temps de douleurs multiples, ne vous laissez pas leurrer.

Une vigilante

l’hypnose

L’hypnose!

Hypnotiseur demandé. Tarif à discuter…

Il aura pour tâche « d’endormir » mon chat. Ce dernier me surveille et m’empêche de m’adonner à mes passe-temps référés.

Il est trop souvent éveillé à mon goût. Le jour, il devrait dormir profondément (comme une souche) et ne se réveiller qu’en début de soirée, au moment où je suis affalée devant mon téléviseur.

Regarder mes émissions « chouchou » et flatter mon chat sont deux activités tout à fait compatibles pour moi.

Membre de la société masquée 2021

Les mères et le bruit

Les mères et les bruits

 

 

Les mères ont un sixième sens qui leur permet de détecter le moindre inconfort chez leur bébé. Leur ouÏe est particulièrement développée.

 

Les animaux domestiques ont aussi une mère, appelée nourricière. J’ai un chat. Comme les mères récemment accouchées, j’entends ses allés et venus. Le bruit est minime, mais je l’entends, malgré ma perte partielle d’audition (elle est documentée). Je ressens sa présence…

 

Une mère nourricière.

 

 

 

 

les chiens

L’amour des chiens

 

Il y a toujours eu beaucoup de chiens sur ma rue. Leurs propriétaires sont maintenant doublement heureux puisqu’ils peuvent sortir pendant le « couvre-feu ».

J’ai un chat; je le regrette parfois. Je préfèrerais promener mon chien à toute heure.

 

Les petits chiots deviennent vite grands pour le bonheur de leurs maîtres qui croient que les restrictions sanitaires seront présentes longtemps.

 

Vive les chiens!

les jeunes enfants et les masques

Les très jeunes enfants et les masques.

 

Ils regardent, incrédules, ces personnes sont on ne voit ni le nez, ni la bouche. Qui sont ces personnages? Ils laissent les adultes masqués les prendre sur leurs genoux, mais ils regardent ailleurs, indifférents à ces personnes si dissemblables de leur papa et à leur maman.

 

Les jeunes enfants n’osent pas saluer les adultes masqués.

Les signes de la main de ces adultes ( ta ta, en québécois) restent sans réponse. Les tout-petits les regardent, étonnés et ne répondent pas. « Qui êtes-vous? » pensent-ils…

 

Lorsque masqués, nous ne devons pas nous surprendre de cette réaction.

 

 

 

encore Joe Dassin

Encore Joe Dassin

Seul dans le jardin du Luxembourg,
Joe Dassin pensait « encore un jour sans amour… »
C’est ce que j’éprouve quant mon chat est malade.
Il hiberne sous mon couvre-lit et je ne le vois plus de la journée.
Finies les caresses. Il ne me lèche plus la joue et le cou.
Il ne me témoigne plus son amour.
C’est donc une journée sans amour…

Confinée solitaire

Miss Sniff

Miss Sniff

Les félins domestiques utilisent beaucoup leur nez, ils « sniff », une de mes voisines d’appartement est devenue, à mes yeux, une Miss Sniff.

Elle avait déjà une âme d’ancien concierge; elle carburait aux rumeurs. Elle a décidé de « s’impliquer » et elle s’est proposée pour faire partie du comité exécutif de mon édifice; le « Board » comme elle le nomme.

Quelle malédiction! Elle a maintenant la permission de nous gérer et de se mêler de nos
« affaires ». Elle veut du changement : « il y a des choses qui me fatiguent », mais ce sera long.
Effectivement le processus sera long « …j’ai de la misère à m’exprimer devant ces messieurs, ils parlent bien et ils sont bardés de diplômes ».

L’avenir me dira si l’implication de Miss Sniff sera pour le meilleur ou le pire.

la pire peur

La peur

Raymond Lévesque a chanté « quand les hommes vivront d’amour, nous serons morts, mon frère. »
Il y a beaucoup de haine dans notre société. Les réseaux sociaux envoient parfois des menaces de mort : les vedettes du monde des art en reçoivent, elles ont peur. De plus

elles ont peur d’être démasquées
de ne pas « durer »
de mourir

Vedettes ou pas en ces temps de pandémie, on a tous peur
peur de mourir…