Lettre d’Yves

Ma très très chère Clarisse,

J’aurais eu tant de choses à te dire; mon cœur déborde…

Je suis devenu amoureux de toi au premier coup d’œil. Je n’ai jamais cessé de t’aimer.

Tu me quittes au moment où je laisse 15 années de ma vie professionnelle pour être près de toi. Quelle absurdité!!!

Nous avons fait peu de choses ensemble, sinon l’amour. Notre premier voyage t’a déçue, je le sais; je comptais me rattraper à tes yeux en Amazonie, je me préparais corps et âme.

J’ai eu un choc en te voyant étendue sur le béton. Je savais que j’arrivais trop tard. Mon état second s’est poursuivi, même pendant tes funérailles…

Me voici de retour au 1245 Des Érables, ton chez-toi urbain où nous avons été si heureux.

Je mettrai cette lettre à la mise en terre de tes…….impossible pour moi de prononcer ces mots.

Mon discours est décousu, mon cœur n’est pas en ordre. J’ai tellement de peine…

Tu ne seras plus jamais là…

Yves.

une paix temporaire

Résumé
Avec l’aide de ses musiciens, le nouveau personnage de Clarisse prépare un C.D. Yves, l’amoureux de Clarisse, reste au loin avec ses protégés qui se couvrent de gloire. Clarisse réussit à repousser l’offre de son voisin, mais ne peut repousser ni les tâches domestiques, ni la technologie de communication moderne.

Épisode
Quelques semaines plus tard…

Clarisse a réussi son projet de séjourner à la campagne avec Yves. Elle retrouve non seulement la maison de son père, mais un lieu où le temps s’arrête pour elle.

« Ma balançoire! Ma rivière… »

Elle se désole de voir que sa vieille boite aux lettres est maintenant désaffectée. Elle se souvient de sa fébrilité d’adolescente qui attendait une missive de son petit ami; celui qui l’entretenait de philo, de théâtre et d’opéra. À quinze ans, elle était béate d’admiration devant ce collégien qui lui tenait des propos aussi passionnants. Une correspondance assidue, rythmée par leurs absences respectives, s’est établie, avec la complicité de la vieille boite aux lettres.

Plus tard, les lettres passionnées de ses premiers amants se frayaient un chemin parmi les factures. Elle conserve ces billets dans une grande boite, pour les relire quand elle sera vieille. Doux souvenirs…

Bien que rouillé, le vieux contenant a fidèlement servi la famille pendant des décennies. L’été, il assurait un lien avec la ville, les amis et les parents.

Elle regarde le substitut offert par Postes Canada, les boites communautaires, uniformes, carrées, n’ont aucun attrait pour la romantique écrivaine.

Elle se tourne vers la maison.
Chaque pièce a abrité des souvenirs heureux…
Poursuivant sa ronde, Clarisse arrive à sa table de travail, tout en haut des escaliers. Les images de Laurent et de David l’assaillent subitement. L’expression de son visage change. Yves n’est pas sans le remarquer. Une petite pointe de jalousie, vite réprimée par son gros bon sens.

« Ils sont virtuels, moi je ne le suis pas! » pense-t-il

Il sait que son amoureuse connait des humeurs changeantes. Pourquoi en parler et gâcher le moment présent? Il continue, avec elle, la tournée du domaine.

Ce n’est pas Venise, mais pour lui, c’est une échappée de la glace perpétuelle des arénas. Enfin de la chaleur, toutes les chaleurs!
Il se sent en vacances ; il peut oublier les blessures, les douleurs et les fatigues de ses clients et mettre de côté sa vigilance et son optimisme professionnels.

Clarisse est heureuse et savoure une paix que, par expérience, elle sait fragile.