Quand mes bottines suivent mes babines

 

Un plaidoyer.

Présentation orale devant le Comité de consultation de la Ville de Montréal au sujet de la fermeture au transit des automobiles sur le chemin Camilien Houde.

Ce comité est composé de trois personnes.

Je suis simple citoyenne et je suis d’âge très mûr. Je ne suis déléguée par personne.

Le projet pilote a été très réussi. Bravo.

J’aimerais vous expliquer pourquoi je pense que la fermeture de Camilien Houde au transit devrait être limitée aux mois de juillet et août.

Je suis âgée, je ne fais plus de vélo et je ne fais plus de longues marches, surtout l’hiver; pour me rendre au centre-ville, je me déplace en transport en commun (par beau temps). Je prends souvent ma voiture, la mienne est petite et hybride.

Je fais attention à un environnement (la montagne) que je chéris depuis longtemps. Quand j’avais trente ans, je faisais trois quarts d’heure de ski de fond sur la montagne le matin, avant de me rendre au travail. Je me déplaçais évidemment avec ma voiture.

Aujourd’hui, je suis retraitée et j’habite du côté ouest. J’emprunte occasionnellement le chemin Camilien Houde, pour goûter la belle nature, surtout l’hiver puisque je ne fais plus de ski alpin. Je visite aussi le cimetière Mont-Royal où j’ai acheté un lot (pour ma vie future). J’aime m’y promener et y marcher (c’est gratuit!).

L’hiver, la fin de semaine, le stationnement du lac des castors est plein dès dix heures le matin. Plus tard, je dois me déplacer pour rejoindre l’autre stationnement, près de la maison Smith; de là, je peux marcher ou faire de la raquette. J’utilise ma voiture pour m’y rendre, c’est plus facile et plus rapide.

Je crois que nous sommes plusieurs personnes âgées à nous prévaloir du privilège de posséder une voiture. Je ne vous ennuierai pas avec les statistiques sur la population vieillissante, vous les connaissez, d’autres vous parleront des embouteillages monstres que la fermeture au transit crée en période scolaire.

Quant aux cyclistes qui veulent s’entraîner en dehors de juillet et août, c’est leur privilège, mais faut-il pour autant priver plusieurs milliers (38,000 personnes ont signé une pétition contre la fermeture) de personnes de la facilité de circuler? En plein hiver, quand les routes sont couvertes de glace, ils vont sûrement s’entraîner ailleurs…pourquoi ne pas commencer plus tôt?

Les gens de ma génération et moi-même,  nous sommes âgés, mais nous existons, nous  payons nos taxes et nous aimerions profiter facilementdes plaisirs de la montagne.

En ces temps de travaux multiples et de cônes orange à profusion, est–ce le bon moment pour rajouter des entraves à une circulation difficile pour tous et bien sûr pour les gens de mon âge?

En vieillissant, on s’adapte et on fait des compromis. Les personnes de ma génération seraient-elles les seules à en faire?

 

Je propose d’ouvrir tout le chemin Camilien Houde aux automobilistes en dehors de juillet et août pour que les citoyens plus âgés puissent aussi profiter plus simplement et plus facilement de la montagne.

Diane Bernier, 4 décembre 2018.

les virus

L’automne, c’est le temps des virus : rhumes, laryngites, bronchites, etc.

Cependant, il y en a d’autres…

La contagion est commencée : ils se répandent à grande vitesse.

Premier virus.

Après avoir cherché les protéines, après les avoir trouvées (parfois dans des substances les plus inusitées, comme les grillons!), voilà maintenant qu’il faut apprendre à mieux les consommer au fil de chaque jour. Les nutritionnistes ont changé de point de vue : les calories, leur pesée et leur calcul ont cédé la place à une nouvelle  préoccupation. Absorbez-vous suffisamment de protéines? Au bon moment? Elles vous garderont en santé longtemps, vous vieillirez mieux! Mes amis disparus auraient dû le savoir!

Vous en apprendrez davantage en 2019, lorsque paraîtront les directives du Guide alimentaire canadien (partie 2). En attendant, il faut se fier au journal et à la boulangerie St-Méthode où « l’on n’y met que du bon ».

Un autre virus

Le « cardio » a envahi mon club sportif qui m’apparaît  complètement changé. Le « cardio » me semble devenu un mot d’ordre. Mes cours en piscine ont été transformés pour répondre à ce diktat. Vingt-cinq fois le même mouvement, vingt fois le suivant. Je me plains de l’aspect routinier: l’animatrice m’explique : « C’est bon pour le cardio… c’est important le cardio ».

J’ai compris qu’il était inutile d’insister : finies la musique et les valses. Jusqu’à récemment, cette même femme me faisait danser dans l’eau.

Je regarde les horaires de cours, je me renseigne auprès de mes amies fidèles aux activités aquatiques. Je ne sais plus où donner de la tête pour  m’amuser dans la piscine… Je ne suis pas « cardio ».

Marchez, courez, nous répète-t-on. Je le fais peu, me semble-t-il. J’ai souffert de culpabilité jusqu’au jour où mon médecin m’a demandé si je pensais m’inscrire à un marathon. Sa question m’a guérie de ce virus.

Encore un virus

Le temps « réel ». Je l’avais vu publicisé dans différents médias, mais quel choc le jour où l’instructeur du cours d’aquaforme nous a dirigés, son cellulaire à la main. Il le consulte entre deux consignes et ne le délaisse qu’au moment où il lui faut deux mains  pour démontrer un mouvement. Les deux tiers de notre rencontre étaient écoulés: je suis partie. À d’autres le temps réel!

Ce billet exige une « chute » : ce sera la mienne, femme d’une  époque vierge de ces nouveaux virus…

en 2018

La libération de la parole, le pouvoir des femmes, on en parle beaucoup, on en parle partout et pourtant…

Je suis au volant, arrêtée à l’intersection d’une grande artère de la métropole et j’observe…

Je vois un homme grand, mince qui traverse la rue. Il balance un petit sac au bout d’un de ses longs bras.

« Est-il seul? »

Je me pose la question jusqu’au moment où je vois, un peu derrière lui, une femme blonde au visage crispé, tenant dans ses bras un bébé d’environ 10 mois. Elle, et une fillette également blonde, tentent de rejoindre le grand gaillard qui regarde droit devant lui et qui avance à longues enjambées. Une autre petite fille, blonde elle aussi, essaie de suivre l’homme; elle se retourne soudainement vers sa mère et hésite : suivre son père si allègre ou sa mère si lourdement chargée. Quel dilemme! À trois ans, devoir choisir entre le pouvoir ou la sécurité…

Cette femme qui vit en 2018 a passé à côté de son époque…

L’observatrice que je suis, continue de se poser des questions…

 

Parler

Parler à quelqu’un c’est aussi entendre une autre voix.

Le son de la voix me révèle les états d’âme de mes proches et de l’être chéri. Au fil des ans, j’en ai profité…

L’échange de paroles a cédé la place aux messages « texte » et au courrier électronique : on perd moins de temps, m’assure-t-on. Les personnes de ma génération préfèrent néanmoins le téléphone… et la voix de l’interlocuteur.

« La ligne » a remplacé la voix.  Elle permet

  • les réservations pour les billets de cinéma, de concerts et de musées,
  • les inscriptions aux conférences et aux programmes d’études,
  • l’achat de livres, d’outils, de vêtements, de meubles, d’assurances et autres commodités,
  • la participation aux nombreux concours.

Tout est offert en « ligne ». Seule, une invitation à ‘mourir en ligne’ manque à mes sollicitations…

D’après les boîtes vocales, le recours à la ligne doit m’économiser des minutes (!) et de l’argent.

 

L’autre jour, j’ai téléphoné (horreur!) à un établissement québécois et (miracle !) j’ai tout de suite parlé à quelqu’un, sans « menus » multiples préalables et sans aucune suggestion de consulter le site web. De plus, ce quelqu’un avait la compétence et l’autorité pour résoudre mon problème. Expérience rarissime. Je vous en souhaite autant…

Pour être de mon époque, je vais, comme on me le demande, « texter » et essayer, à l‘occasion, d’acheter en ligne.

Une Gaspésie différente

J’ai séjourné une semaine en Gaspésie dans le parc national de Miguasha, mais, dans un domaine privé.

 

Je suis arrivé dans une ruche : « everything was buzzing ». On m’explique : « c’est le début de la saison estivale ». L’été est court en Gaspésie, tout le monde le sait; il n’y a pas de temps à perdre!

Pour entretenir cette immense propriété d’une vingtaine d’acres, il faut au Seigneur des lieux des employés et des bénévoles passionné(e)s. Mon ami se réjouit de compter sur leur présence. Ils ou elles viennent à tour de rôle apporter des présents ou se confesser à la Mère Abesse, co-propriétaire, alors que le Seigneur parcourt les route à la recherche des plus parfaites fournitures.

Mes hôtes n’ont pas connu les chenilles, ni les inondations, mais les pique-bois! Ces derniers ont perforé l’ensemble d’un mur extérieur. Le gallon de peinture nécessaire pour réparer le dommage et prévenir les récidives coûte 500$. À chaque région ses problèmes!

Mon ami bénéficie d’un comité exécutif pour le jardinage. Ce groupe est composé de trois femmes qui ont suivi des cours! Ces jardinières émérites se sont divisées l’espace; elles planifient et distribuent les corvées « d’amour » sur les parties résidentielles. Ce royaume de la fantaisie et de l’humour permet toutes les créativités; les trois potagers différents en témoignent.

La forêt du Seigneur s’étend sur 15 acres. Les tempêtes et les castors se chargent de la modeler. Leurs passages et leurs travaux posent un défi à l’entretien régulier que mon ami souhaiterait pour ses arbres.

Quant à la résidence, l’abondance des objets d’art, des souvenirs, des tableaux et des photos de diverses générations, donne aux personnes qui la fréquentent une grande leçon d’amour.

Cette « communauté » aussi…

 

 

 

 

 

 

partir, c’est mourir un peu…

Partir, c’est mourir un peu

Le futur, le point d’arrivée d’un voyage excite et stimule, mais, le chemin pour s’y rendre est souvent ardu, moins lumineux.

« Partir, c’est mourir un peu! »

 

Cet adage me suit tout au long de cette dernière journée avant mon départ.

Je l’ai souvent répété ce dicton lorsque j’avais de jeunes enfants et que je travaillais, je disposais de peu de temps pour les bagages et tout le reste. Je m’affalais dans le taxi qui me menait vers l’aéroport : j’étais morte de fatigue. « Partir, c’est mourir un peu! »

Encore aujourd’hui, organiser mon départ demande beaucoup de précautions, peu importe la longueur de l’absence. Je suis seule mais,

rien ne doit moisir pendant mon éloignement…

rien ne doit sentir mauvais…

rien ne doit mouiller mes planchers…

rien ne doit être oublié dans le matériel que j’emporte

rien ne doit me prendre au dépourvu, le chaud ou le froid

rien ne doit alourdir ma valise indûment

rien ne doit entraver ou ralentir mon départ

rien ne doit embêter mes survivants,

 

Je peux maintenant mourir… euh partir en paix.

D’allié à ennemi

Le vent dans les voiles d’un bateau, pour moi, c’est magique!

Il les gonfle ou les dégonfle; il semble pousser l’embarcation. C’est merveille que de glisser sans bruit sur une vaste étendue d’eau. Si les vagues sont petites, elles bercent, si elles sont fortes, elles provoquent des soubresauts, elles assaillent les coques de l’embarcation; celle-ci frappe la masse fluide, le métal du dériveur gémit. Autant de  sons grisants pour une amoureuse  de la voile.

Avec l’âge, je navigue moins, je ne fais plus de voile en solo, mais j’en garde la nostalgie…

 

Sur la terre ferme, malgré la chaleur et le soleil, le vent peut constituer une magistrale entrave à mon plaisir, impossible de lire ou de manger à sa face, il faut m’en protéger. Selon les mois ou les années, je m’en protège souvent…

Le vent rugit parfois, fracasse l’eau en mille vagues, petits moutons blancs qui courent vers la rive et la couvrent d’écume; sous son impulsion, le lac change de couleur, il s’assombrit.

Le vent secoue brutalement les feuillus qui se plaignent : concert assourdissant avec lequel je dois vivre. Le vent s’attaque aux branches de mes arbres et se permet même de les arracher. Les dégâts sont variables…

Chassés par le « nordet » ou les rafales du vent d’ouest, les goélands et les hérons  de ma baie délaissent leurs roches rituelles, seuls les canards restent en place, impassibles, et continuent de nager; ils prennent les vagues de travers ou de front. Je les observe de l’intérieur de ma maison.  Au moment des orages, le vent devient dangereux pour mon vieux chalet de bois. Ce vent me fait peur, surtout la nuit.

 

Que dire de la musique! Elle fut longtemps douce à mon âme. Classique, vous vous en doutez: trios, quatuors quintettes et autres, chant choral, opéras, concertos, symphonies etc.

Elle a changé : elle est devenue métallique, assortie de basses sans cesse répétées, percutante, tonitruante; même en soutien à la danse, elle n’est souvent à mes oreilles qu’une suite de sons. Pour moi, elle n’est que  « bruit ».

J’ai pensé échapper aux chansons omniprésentes dans les rues et les commerces de la ville en me réfugiant à la campagne. Par un temps calme et serein, alors que je lisais, tranquille sur ma terrasse, j’ai été assaillie par le bruit  d’une musique « pop » , celle venant d’un bateau moteur qui filait au large. L’excitation par les décibels a pris de l’ampleur et, décidemment, du territoire. Elle me dérange…

 

Elle est, comme le vent, une alliée devenue ennemie.