La gentillesse existe encore

Je suis une citadine, mais je passe l’été dans un petit village. Certes la campagne « post inondation » est bruyante compte tenu des réparations de tous genres, mais les ‘inondés’ font preuve de beaucoup de gentillesse, malgré leurs malheurs.

« Es-tu en forme? » s’enquièrent mes voisins.

 

Ici, au fond de ma campagne, tout le monde se dit « bonjour » et les « bonne journée » ou « bonne fin de journée » des caissières sont senties.

« Madame, votre paquet me semble bien lourd, je vais le porter à votre voiture » me dit cet inconnu.

« Ce chariot à provisions ne roule pas bien » et la dame de m’épauler en donnant une poussée supplémentaire.

« La crème qui vous été prescrite est-elle efficace? Vous sentez-vous mieux? » me demande le pharmacien.

« Venez n’importe quand, on prendra un verre de rosé », offre la copropriétaire d’une galerie d’art.

Même les gens que je paye redoublent d’attentions « prenez soin de vous, je vais le faire ». « Cela vous convient-il? »

On me tend le bras, lorsque je risque de tomber.

 

En somme, dans ma campagne, je suis entourée de personnes gentilles.