Ma rue

J’ai acheté au beau milieu d’un mois d’août,

un appartement situé au dernier étage d’un vieil édifice, sur une rue domiciliaire bordée de grands arbres. Idyllique! La rue était paisible, seul l’autobus, qui s’arrêtait à ma porte a retenu mon attention.

Depuis ce temps, j’ai fait quelques découvertes…

J’habite une rue où il n’y a pas de parc à chiens, c’est dommage, car à chaque fois que je marche, je rencontre deux ou trois chiens, jamais les mêmes! Les chiens jappent, c’est connu.

Les trottoirs sont bordés de rubans de tourbe arrosée par les chiens seulement. À certains endroits, ces  longueurs jaunies ont été grattées, retournées et forment de petites accumulations, laissant voir une terre brune. Cette désolation est peu appétissante.

Un matin d’avril, j’ai croisé, en marchant, quatre cyclistes qui filaient à toute allure. Mon sang n’a fait qu’un tour. Que font-ils sur ma rue toute en courbes et en ‘montées’? « Ils s’entraînent », me direz-vous. Ne pourraient-ils pas se contenter de la voie Camilien Houde que la Ville vient (à mon  détriment) de leur réserver ?

Il ne manque que les pétarades des motos pour compléter le tableau de ma rue qui, à première vue, semblait si belle et si innocente.