Autre drame

Résumé
Laurent, héros de son prochain roman, reste plongé dans ses lectures mystiques. Yves est revenu, mais il est temporairement noyé dans la « paperasse ». Clarisse tente tant bien que mal d’organiser sa vie citadine. Sur ces entrefaites,voilà qu’elle se découvre une belle-mère, en la personne de Cécile.

Épisode
Les souvenirs de sa mère la hantent : les sorties au centre-ville, les repas au 9e du magasin Eaton, le « smoked meat » chez Dunn’s, la correction des devoirs, les tests de mémoire (y compris les chères tables de multiplication), l’apprentissage de la nage, de l’élégance vestimentaire et des couleurs incompatibles (le rose et le rouge), tout se bouscule dans la tête de Clarisse.

Occupée à gagner sa vie par l’écriture, elle n’a pas pris le temps de pleurer sa mère. Elle se rend compte aujourd’hui qu’elle a sauté des étapes. Et, dans ce contexte, il lui faudrait intégrer une belle-mère!

Consulté sur le sujet, Yves se veut rassurant.
« Tu n’es pas obligée de fréquenter Cécile assidûment. Les grands événements familiaux suffiront. »

« Je le sais, mais… »
Clarisse reste songeuse et se dirige vers son bureau où Laurent l’a attendue.

« Luce m’a quitté! »

Partagée entre la compassion et le ressentiment, elle s’efforce d’écouter cet homme devenu piteux et vouté.

« J’avais raison de me méfier », songe-t-elle. « Je n’ai jamais aimé cette fille. Pas étonnant que je n’aie jamais pu écrire sur ces amours avec Laurent. C’est facile d’aimer une personne resplendissante, dynamique, en pleine possession d’elle-même, mais, plus difficile, lorsque celle-ci devient endeuillée, angoissée, aux prises avec des doutes existentiels. Luce avait-elle la force de caractère voulue? Avait-elle des sentiments amoureux suffisamment profonds? »

Clarisse s’efforce de mettre de côté ses pensées personnelles pour trouver des mots réconfortants. En quête de soutien, Laurent boit ses paroles et trouve finalement le courage de partir travailler.

L’écrivaine ne peut s’empêcher de penser à son nouveau couple…
« Yves va-t-il s’accommoder de mes multiples inquiétudes et continuer de m’aimer? »

retrouvailles

Résumé

L’écriture d’un deuxième roman connaît beaucoup d’obstacles, malgré les bonnes intentions de la lauréate d’un prix du gouverneur général et malgré un retour à son appartement de la grande ville. Déjà novembre. Heureusement, la première tempête de neige n’a pas empêché le retour de son nouvel amoureux.

Nouvel épisode

Leurs retrouvailles sont dignes des meilleurs romans. La frénésie est au rendez-vous. Les vêtements se sont envolés et traînent de-ci, de-là.

« Je ne croyais pas vivre de tels émois à 52 ans! » se dit Clarisse.

Submergée d’images, de désir, d’espoir, mais aussi de crainte, elle balbutie lorsqu’on lui demande des nouvelles de ses amours.

Sa vie avec Philippe était plus calme. Douze années de vie commune. L’amour des mots les avait réunis, ainsi qu’une tendresse profonde, mais la passion???

Cette fois, c’est la déferlante! Elle éprouve des sentiments inhabituels, et pourtant, elle a connu cet homme lorsqu’elle avait 27 ans! De trois ans son cadet, il poursuivait une carrière de patineur de vitesse. Leurs fréquentations avaient été substantielles, leur vie commune, plutôt brève. Elle fouille dans ses souvenirs, revoit sa vie, leur vie… et se rend à l’évidence :

« C’est moi qui suis différente. »

Clarisse se remémore cette période où, sans beaucoup réfléchir, elle s’était abandonnée au tourbillon des événements et à l’amour qui se présentait à elle. Elle avait réussi à s’affranchir de sa famille et de sa religion, mais elle s’était, en même temps, un peu affranchie de l’engagement amoureux.

« Mes sentiments étaient peu profonds… »

Le présent la comble. Toute à la joie de cette expérience nouvelle, elle oublie son Laurent qui en profite pour vivre sa vie, sans regard extérieur. C’est une période faste pour chacun d’eux.

Clarisse a peur de la solitude liée au départ de son amant. Elle n’ose pas s’enquérir de ses horaires de travail. Elle s’interroge :

« N’y a-t-il pas des anneaux de glace au Québec? »

Diversions

Résumé
Clarisse peine à écrire son deuxième roman. Le retour à son appartement de la grande ville ne l’aide pas beaucoup. Tout semble lui échapper : les absences (Yves, Laurent) et les décès (Philippe, Suzanne) contribuent à son désarroi.

Nouvel épisode
Clarisse ne trouve pas la cause de son trouble. Elle se résout à accepter les diversions. « En voici une », se dit-elle en entendant des coups distincts à sa porte.
Son voisin a trouvé un prétexte pour venir l’abreuver de potins dont il a le secret. Polie, incapable d’échapper à l’intrus, elle le fait entrer.

« Je vais nous préparer du thé ».

Elle dépose les tasses sur la table de la salle à manger et se prépare à une longue écoute. Pour la ‘protéger’, il a recueilli des informations sur les personnes de son entourage : les c.v., les changements de propriétés, les plaques d’immatriculation, tout y passe, même la recherche des ancêtres! Rien n’échappe à sa vigilance informatique et visuelle.
Un hochement de tête ici et là suffit à nourrir le flot de paroles. Cette pluie de renseignements laisse Clarisse plus agacée qu’intéressée.

« Ouf! Il est parti! »

Pour passer le temps, elle feuillette une revue qui traîne sur une étagère.

« Oh, une nouvelle. J’adore la fiction! » Elle poursuit la lecture intitulée : Ludovic et Gérôme.

Deux émigrés, deux hommes du même âge, mus pas le même désir : présenter une pièce de théâtre. Gérome doit écrire et monter la pièce, Ludovic se consacrera aux tâches administratives, dont celle de première importance : le financement.
Ils se connaissent depuis longtemps et pensent réaliser sans embûche ce projet commun.

« Ce travail de création pourrait-il m’indiquer une sortie de l’impasse… »

C’était sans connaître Ludovic. Habile à manier le verbe, mais fondamentalement bohème, il avait tous les défauts d’un mauvais promoteur. À croire qu’il se croyait encore dans sa Pologne natale des années 50. Gérôme s’affolait… l’inspiration lui manquait devant le désastre imminent. Loin de sa patrie, il tentait désespérément d’écrire à la mode nord-américaine, une pièce d’avant-garde en plus! C’était beaucoup demander.

Gérôme, en habit et lunettes, rivé à sa table de travail ne se permettait aucun répit. Ludovic, foulard et chapeau de travers, noyait son chagrin au bar d’à côté et pérorait à longueur de journée… Ils restèrent ainsi, chacun de leur côté, jusqu’à l’annulation du spectacle (…)

« Ah ça alors! s’écrie Clarisse, cela ne m’aide pas du tout…
Il me semble que j’ai succombé à ma mauvaise habitude, je cherche encore des solutions à l’extérieur de moi…
Je vais devoir suivre les conseils de mes mentors et visiter mon théâtre intérieur… »

Quelques exercices lui suffisent pour découvrir que la présence d’Yves lui manque. « Moi, la grande indépendante! »

L’horreur de cette découverte passée, Clarisse se met à espérer le retour de son nouvel amoureux. Cette fois, sera-t-il plus sédentaire?