Le verglas

Il sonne le glas de ma sortie.

À pied ou en automobile, une dame d’âge mûr craint le verglas plus que la neige.

La jeunesse n’a peur de rien.

Les jeunes grattent les vitres de l’automobile et s’élancent sur les routes qui sont verglacées.

J’aimerais être assez jeune pour les imiter.

Dès que les prévisions météorologiques l’annoncent, je planifie des activités pour l’intérieur de mon appartement.

Une réflexion sur “Le verglas

  1. Le verglas

    S’il n’a point de vert en lui
    Par nature il singe le verre
    Transparent comme l’eau claire
    Il brille tel le ver qui luit

    Sa présence me cristallise
    Tout comme ce jour à Colombey-les-Deux-Eglises
    Où j’ai lâché mes deux valises
    Qui ont glissé sans flemmardise

    Il n’est certes pas glamour
    Car la mâchoire se fige
    Au point d’en avoir des vertiges
    Tous comme ceux de l’amour

    Le verglas est un appât
    Dans bon nombre de cas
    Gare alors aux faux pas
    Sous peine d’étreindre le trépas

    Jean-Marc

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.