La socquette sous l’oreiller

La socquette sous l’oreiller.

Hum ! Une socquette beige à pois noirs était roulée en boule sous l’autre oreiller. A qui pouvait-elle appartenir ? Jean-Claude se perdait en conjectures. « Je ne me souviens pas d’avoir eu une visite récente. J’ai 66 ans, mais je ne souffre pas d’Alzheimer ! ».

 Jean-Claude réfléchissait. « Est-ce une socquette de femme ou d’homme ? Difficile à dire: de nos jours, tout s’étire et les couleurs sont unisexe. Inutile de chercher de ce côté… Une seule certitude: mon lit a été visité. »

 « On m’a souvent reproché de ne pas verrouiller les portes de mon chalet lorsque je m’absente. Mais alors, des pêcheurs surpris pas l’orage ? Un de mes enfants submergé par la passion ? Des divans et d’autres lits s’offraient à eux, pourquoi le mien ? » C’est alors que Jean-Claude se souvint que, lors de fortes averses, le toit coulait à plusieurs endroits mais que, étonnamment, son grand lit restait au sec.

  Que faire ? A qui offrir la chaussette ? Allait-il trahir un secret ? Et surtout, révéler sa propre incurie ?

Jean-Claude se promit de prendre les mesures qui s’imposaient: de toute urgence, il ferait réparer son toit. Il n’avait nulle envie de collectionner les socquettes…