La beauté…

La beauté…

Traduire en mots des images et des sensations, un défi de taille! Pourtant, les charmes de la période estivale nous  y invitent.

Le « beau », transmis par nos sens en éveil, nous émeut, parfois jusqu’au frisson. Le regard que nous portons sur le visible (les objets, les paysages) et l’intangible (la générosité, l’amour) nous ravit l’oeil et le coeur

La source du plaisir esthétique reste éminemment personnelle : la fleur qui s’ouvre, la chatte qui allaite, l’infinie variété des tableaux de la nature, le miroitement des eaux, les vibrations de la couleur, la disposition des formes, l’agencement des sons, la perfection des prouesses athlétiques, l’éveil du nourrisson, l’expression de la tendresse, etc.

La perception de la beauté s’accompagne de contentement; elle émeut, calme et rassure. On la recherche, on s’en repaît, on la voudrait éternelle. Cet émerveillement procure un sursis des inquiétudes, de la frénésie, de la douleur.

Elle contribue au plaisir de vivre… si on la remarque.

la beauté selon Botticelli