le processus décisionnel

Le processus décisionnel

Après des jours d’observation, je constate que mon chat est lent.
Sa capacité de prendre des décisions relève de la petite vitesse.

Le matin, il hésite à sortir sur la véranda, oui…non…oui…non…
Il se demande s’il préfère se faire flatter ou se nourrir.
Il se questionne : doit-il réveiller sa mère adoptive? Il saute sur le lit, redescend, revient…
Aime-t-il encore le saumon ? Il hésite, renifle, s’approche, recule, avance, goûte…

Ce va-et-vient constant me laisse songeuse sur sa normalité …

la décision d’Yves

Résumé du dernier épisode
Clarisse s’évade des problèmes de l’existence en rêvant à son prochain voyage. Yves rompt définitivement avec son métier d’entraîneur.

Épisode
Clarisse, voyant le micro, « Pour quoi? Pour qui? »

Yves se veut rassurant : « c’est pour moi, je vais pratiquer ma voix »

Clarisse ne comprend toujours pas.

« Tu as devant toi, le futur commentateur de patinage de vitesse! »

« Ah oui… » Réplique Clarisse avec un enthousiasme moins que délirant.

Yves continue « j’ai tout ce qu’il faut : la connaissance et l’expérience. Demain, je vais prendre rendez-vous avec le responsable des événements sportifs à Radio-Canada ».

Clarisse est médusée par la nouvelle et par l’aplomb de son amoureux qui poursuit :

«Je dois ajouter que je n’en pouvais plus d’être loin de toi pendant de si longues périodes. »

Clarisse ne peut que s’incliner et se réjouir, elle qui n’a jamais aimé la solitude…

Un qui l’avait deviné, c’est son voisin. Il frappe à la porte, cette fois, il est encombré d‘un colis.

« C’est votre anniversaire bientôt, je suis en avance, mais je n’ai pu me retenir ».

Il lui tend un paquet soigneusement emballé dans un papier de circonstance. Mal à l’aise, Clarisse ne sait quoi faire ni quoi dire. Yves vient à sa rescousse :

« Ouvre, qu’on voit! »

Clarisse s’exécute. Un dictionnaire! Un qu’elle n’avait pas! Sur le bout de la langue d’André Couture (4200 expressions françaises et anglaises).

Clarisse est rose de plaisir, mais à court de mots.

« Quelle merveilleuse trouvaille dit Yves, Clarisse vous est très reconnaissante de cette délicate attention, elle en a même perdu la parole. »

Négligeant Arthur, Clarisse feuillette déjà et oublie la préparation du thé.

« Je reviendrai une autre fois », dit le voisin, déboussolé par l’attitude de l’écrivaine et la présence de son amoureux.

« Je vais mettre mes projets sur la glace, » pense Arthur en se rendant chez lui.