Une grand-mère pas comme les autres

Les funérailles. L’endroit de prédilection pour entendre l’éloge des grand-mères. Avec une tendre affection, les petits enfants, tant filles que garçons, égrainent  les anecdotes et les souvenirs. « C’était un phénix ». « Je n’oublierai jamais sa  tarte aux fraises ». Des auditoires attentifs accueillent les descriptions de québécoises aimantes, chaleureuses, disponibles, généreuses, trésors de sagesse  et…de gâteries.

 Ma grand-mère n’a pas fait exception. Elle présentait cependant des caractéristiques supplémentaires. Elle était anglophone, née hors Québec et non catholique. A cette époque, c’était marginal dans mon milieu de vie.

Mes trois ans ne voyaient rien de ces anomalies et se réjouissaient de cet ajout à notre trio familial. « Une personne de plus pour s’occuper de moi ! ». Ce qu’elle fit avec cœur et ingéniosité. Avec les retailles de mes manteaux, fournis par la couturière (le prêt-à-porter n’avait pas encore conquis les marchés) ma grand-mère cousait, à la main, une réplique pour ma poupée : l’année de  notre manteau rouge aux garnitures de lapin gris, nous avons formé un duo remarqué.

Une présence anglo-saxonne dans la cuisine me permit de découvrir les délices de la tarte à la citrouille, du mincemeat pie et du Christmas pouding. Elle versait du sherry sur le gâteau de son Trifle ; j’étais impressionnée !

Sa difficulté à parler le français fit de moi une parfaite bilingue : quelle chance ! Bien sûr, j’héritai de l’accent de Brantford, Ontario. Pas si mal ! Grâce à elle, je goûtai, entre autre, aux charmes des Nursery Rhymes. A ce jour, je peux chantonner les aventures de Miss Moffat, de Old Mother Hubbard ou du gros Oeuf :

                   Humpty Dumpty sat on a wall

                   Humpty Dumpty had a great fall

                   All the king’s horses and all the king’s men

                   Couldn’t put Humpty together again

Sa conversion au catholicisme se fit selon les règles de l’époque ; elle était devenue amoureuse d’Albéric, né sur les terres de Saint-Vincent de Paul. Elle conserva néanmoins l’habitude, qui me semblait toute protestante, de lire la Bible les dimanches après-midi. C’était une activité privée dont elle ne parlait pas…Heureusement pour moi : les jours d’école étaient suffisamment gorgés de prosélytisme religieux.

Dotée d’une jolie voix, elle avait, dans les années antérieures à son mariage, fait partie d’une chorale, sans doute affiliée à une église. Il faut ajouter que ma grand-mère était la fille d’un pasteur…

 

 

7 réflexions sur “Une grand-mère pas comme les autres

  1. Une grand-mère…

    Quel délice, ce texte. J’aime beaucoup ces textes qui m’apprennent des choses sur toi, merci, Diane

    1. J’espérais aussi que ce texte te permette de penser à tes propres grands-mères et à leur importance dans ta vie.
      La grand-mère dont je parle m’a ouvert beaucoup de portes.
      Diane

  2. Tout à fait sympathique cette grand-mère! Pas comme les autres dis-tu, quelle chance alors. Elle t’a ouvert un monde que d’autres, comme moi, n’ont pas connu sinon tardivement.

    1. J’ai été privilégiée d’avoir cette grand-mère pas comme les autres. Une grande richesse m’a été transmise, mais en même temps, elle a façonné une identité plus complexe…
      Diane

  3. Quelle grand-mère, tout de même…et marier un «Albéric»! Qui se serai douté qu’un texte commençant pas «Les funérailles» pourrait être aussi sautillant agréable et joyeux. Merci c’était tout à fait délicieux. Heu… Je ne savais pas qu’Humpty Dumpty existait avant les «chips», merci pour ça aussi.

  4. Mon texte renvoie à la culture religieuse de l’époque.
    Les mariages avec une personne non-catholique étaient-ils permis en France à la fin du 19e siècle?
    Tu pourrais t’amuser à consulter un site internet de Nursery Rhymes. Tu y découvrirais des personnages très colorés.
    Merci

  5. Cette grand-mère « pas comme les autres » m’est allé droit au coeur car elle me renvoie vers ma propre grand-mère, unique en son genre… à mes yeux. J’ai le souvenir de sorties au théâtre le dimanche, suivi de thé et gâteau… Votre texte m’a donné une envie irrépressible de sortir mon livre de desserts anglais et de faire un cake ! Bravo !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s