Je ne m’habituerai jamais.

Je croise des personnes, munies de leur fils, qui parlent à haute-voix.

Elles ignorent leur environnement et poursuivent leur conversation et leur route.

J’entends leur conversation lorsqu’elles sont assises, toutes fenêtres ouvertes, Dans leur véhicule, sagement stationné.

D’autres, également munis de leur fils, se promènent vélo et conversent gaîment.

Je ne m’habitue pas

2 réflexions sur “Je ne m’habituerai jamais.

  1. hi Diane!

    I think it was in his memoir, *The Facts: A Novelist’s Autobiography*, that Philip Roth talked about leaving his country home and visiting Manhattan for the first time in years–he had a doctor’s appointment, as I recall–and being stunned at the spectacle of all these people walking around town whose ears had somehow managed to sprout these things called « cell phones » that nevertheless had to be held in place by hand.

    He never got used to it either! lol

    bisous

    Éric

    Virus-free. http://www.avg.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.