misères et grandeurs

Je ne parlerai pas des institutions religieuses, mais plutôt des œuvres de leurs fidèles, des cathédrales et des basiliques de pays et dénominations diverses, de leur splendeur qui défie le temps, du respect dont on les entoure et du soin que l’on met à les restaurer. Est-il besoin de m’y attarder davantage? Ces œuvres d’art ne sont pas en danger.

Peut-on en dire autant des églises, aux proportions plus modestes, aux ornementations moins précieuses? D’humbles édifices, disséminés sur tout le territoire montréalais, attestent d’une époque de vie collective intense. Bien que non pratiquante, j’ai développé un regard attendri pour ces témoins de notre histoire. Je me suis mise à les repérer, à visiter leurs résidences et à prendre connaissance de leurs écrits, dont les semainiers.

Un sentiment d’urgence s’est développé, il y a un an, lors d’un concert de musique chorale dans la très belle église St-Pierre Apôtre (1201 de la Visitation) : d’une ambiance traditionnelle, vivante, animée par d’irréductibles paroissiens et une équipe d’Oblats de Marie-Immaculée. À la lecture de leurs textes, je découvre que cette communauté religieuse prévoit se délester du temple dans sept ans. Tant de beautés sont-elles appelées à disparaître?

Mais alors qu’arrive-t-il aux paroisses, moins connues et moins fréquentées? Commence ma découverte des fusions. Deux, trois ou quatre églises sont regroupées sous une même équipe pastorale, même conseil et équipe administratifs : Centre-ville, Verdun, et combien d’autres? Même les petites églises de campagne sont touchées : la paroisse St-François-D’Assise de St-Joseph-du-Lac fait partie des « reconstituées ». Malgré tout, la tradition reste encore visible.

Puis arrive le moment fatidique : il faut vendre. Là, c’est tous azimuts! Chapelles, églises et presbytères sont convertis non seulement en domiciles, mais en musée, centre d’art ou d’information touristique, bibliothèque, lieux de dégustation (les bières sont artisanales!), école de cirque, hôtel des enchères, etc. Certains de ces projets gagnent des prix pour la restauration du patrimoine! À Québec, une chapelle anglicane est devenue le Pub de la Chapelle.

Ma nostalgie s’accroît lorsqu’il s’agit de lieux que j’ai fréquentés. La conversion de la chapelle des religieuses cloîtrées Marie-Réparatrice (boulevard Mont-Royal) me trouble; les salons des condos de luxe se partagent le vitrail principal. À chaque passage devant l’édifice, je revois les moniales, leur tunique bleu turquoise posée sur leur habit  ivoire, j’entends leurs voix qui s’élèvent dans le chœur…

À la pensée de toutes ces églises transformées, me vient en tête la chanson de Jean Ferrat, «…faut-il pleurer, faut-il en rire,  fait-elle envie ou bien pitié, je n’ai pas le cœur à le dire, on ne voit pas le temps passer… »

___________________

Les chalets de Dieu, Actualité, 15 décembre 2012, pp.70-71.

Vivre dans une chapelle, La Presse, 15 septembre, 2012, section maison, p.7

www.images Google, églises, cathédrales, intérieurs et extérieurs vous fourniront de belles photos.

11 réflexions sur “misères et grandeurs

  1. La conversion des églises et autre lieux de culte en centre de vie culturelle est parfois réussie comme la nouvelle salle de concert Bourgie du MBAM, logée dans cette ancienne église anglicane aux vitraux Tiffany. Une intéressante étude a été réalisée par une universitaire du nom de Bernier (Lyne) sur la transformation des églises de Montréal. Ces églises sont, au delà de leur culte, des lieux de méditation et silence, où il fait parfois bon de se réfugier. Je me souviens avoir poussé plusieurs de ces lourdes portes à Palerme pour échapper au souffle chaud du Sirocco. J’ai ainsi pu découvrir derrière des pierres sales et vétustes, le charme du baroque sicilien et sa fraicheur inattendue.

  2. Moi, je m’en attriste. Je ne suis pas pratiquante non plus, depuis très longtemps, mais j’ai la nostalgie des sons pleins d’échos de nos pas sur les dalles des allées ou de ceux des prie-dieu qu’on laissait tomber pas assez doucement; la nostalgie aussi des chants liturgiques en latin,
    des odeurs d’encens, des verrières qui étaient de véritables oeuvres d’art et des magnifiques sculptures de bois des Bourgault de St. Jean Port Joli qui ornaient la balustrade de mon église paroissiale. Je n’ai pas visité ces églises transformées dont les vocations sont devenues tout autres. J’espère juste qu’on conserve chez certaines cet aspect de lieux de silence et de refuge, tel que mentionné par Marianne D.

    1. Plusieurs des églises non transformées sont magnifiques. Certaines beautés sont forcément perdues dans la conversion: les autels néogothiques, les chaires sculptées et autres boiseries…
      Nos bons souvenirs survivent.

  3. I am touched by your nostalgic reminiscence of these old, no longer affordable monuments, once religiously frequented by the blind faith believers of old, my parents included, at a time prior to todays enlightenment on the true virtues of man made religions. Ah, these magnificent old structures, sculptures of sorts, erected on the backs of the poor artisans by the wealthy lords of religious orders. Save of course for the most part the modern day architectural disasters of the twentieth centaury’s so called churches. I suppose those beautiful monuments not converted to commercial enterprises, such as the likes of the Bourgie du MBAM referred to by another of your readers, as well as a variety of others that fell to the hands of conversion with far less homage worthy of these old and beautiful relics, will die off. Though I have no doubt will live far longer than, sad to realize modern man’s contributions, such as our rapidly fading fifty year old (planned life expectancy) Montréal Champlain Bridge. Chapeau, excellent piece Madame Bernier.

    1. I knew at the onset that churches are a controversial subjet, particularly in the province of Québec. I have been thinking about the matter for a few years. I assume my nostalgic view when it comes to destroying beauty.

      1. And so should we all speak out, be they churches or any other architectural creation of worth and beauty that have stood the test of time. I think of past insults such as the raising of the Van Horne estate, in the wee hours of the night, over a weekend, allowed by the mayor of the times. Well done Madame Bernier.

  4. Le phénomène ne touche pas seulement le Québec, hélas ! Un récent reportage portait sur les églises désacralisées et transformées en Italie. Plus de 500 églises, certaines absolument magnifiques, dont le Vatican refuse de parler et même d’en donner la liste. L’exemple de la salle de concert du MBAM est encore ce qu’il y a de mieux car la musique appelle aussi le recueillement. Mais les centres d’achat, les spas et autres centres sportifs sont les plus nombreux, reflets de notre société

  5. C’est moins la nostalgie qui m’habite face à ces conversions d’églises que de la colère mêlée de tristesse, en doses variables dépendant de l’importance de la transformation sur un plan esthétique. J’éprouve d’ailleurs les mêmes sentiments face à la disparition ou à la transformation en pseudomoderne du patrimoine bâti de la fin du XIXe ou début XXe, par exemple ces grandes maisons victoriennes en pierres grises rue Cherrier ou Sherbrooke est ou même des édifices Art deco des années 30. Montréal s’enlaidit par cet éclectisme qui juxtapose la maison victorienne à l’immeuble vitrée des années 90 et au triplex en briques des années 50.

    1. Je pense que des règles d’urbanisme plus strictes auraient peut-être empêché la dégradation esthétique de Montréal; elle me désole également. L’état de nos rues, si mal pavées, n’est guère plus réjouissant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.