Les réserves

Je ne suis pas anthropologue, mais je crois que les réserves (de denrées) existent depuis très longtemps…

 

Plus près de nous, nos ancêtres amérindiens accumulaient leurs réserves de nourriture dans des barils d’écorce. Plus tard, les fermiers québécois y ont eu recours pour remiser le foin de leurs bêtes et aussi les légumes racines pour la consommation hivernale de leur famille. La vie citadine a changé la tradition, nous sommes maintenant à l’ère des aliments en conserve.

Mes parents habitaient un petit logement avec un hangar adjacent (une shed, comme on disait à l’époque). Mes quatre ans s’intéressaient peu au contenu de la « shed », sinon au récipient en grès pour la cuisson des excellentes fèves au lard de ma mère. Les étagères de cet habitacle (la «shed ») servaient sans doute aux réserves familiales : marinades, confitures et autres délices. Pendant la Grande Guerre (la 2e), mes parents ont caché des conserves de viande sous leur lit. Leur ami Gaétan travaillait chez Canada Packers et leur fournissait ce ravitaillement. J’ai vu les boîtes métalliques ainsi dissimulées.

Plus tard, nous avons habité un appartement avec un garde-manger et, plus important, un solarium non chauffé. L’hiver, ce dernier  servait de réceptacle à nos trésors alimentaires. Délicieuses réserves!

Mariée, j’ai vécu dans une maison dont le garage, très grand, était muni de larges tablettes et contenait un deuxième réfrigérateur. Le « maître » avait décrété : « il ne faut manquer de rien ». J’ai donc constitué des réserves.

L’habitude était prise…

 

Aujourd’hui, j’habite un appartement avec une petite cuisine. J’ai converti mon unique placard de rangement en salle de lavage. Mes seules réserves sont le thé et les confitures, pas d’espace pour le reste!

Malgré  tout, j’ai encore le goût des réserves et j’aimerais en faire davantage…

 

La nostalgie des réserves existe-t-elle chez les personnes qui logent dans les mini-maisons ou les petits condos urbains?

 

 

 

 

 

.

Une réflexion sur “Les réserves

  1. Ah les réserves! Pourtant, ce n’était pas une habitude chez mes parents où on arrivait au bout des provisions à la fin de semaine. Enfin, peut être que cette manie chez moi vient tout de même de ma famille, par contraste. Ma dépense (c’est comme ça qu’on appelait le garde manger) a toujours été pleine mais, heureusement, de déménagement en déménagement, cet espace a rétréci!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.