Étrange destin

Le cours s’intitule Peinture : nouvelles approches. Malgré ce libellé, le professeur a entrepris de nous sensibiliser à la poésie japonaise.

Les « haiku », textes très courts, visent à dire « l’évanescence des choses ». Ils  suivent des règles strictes. En raison de différences dans la phonétique, des aménagements ont été conçus pour la langue anglaise : trois vers, respectivement de cinq, sept et cinq sons sont requis. Les mots, simples et objectifs, doivent suggérer une image ou une sensation, en plus de comporter une référence saisonnière et d’offrir un contraste ou une comparaison.

En bonne élève, je mis de côté mon aspiration pour un travail artistique contemporain et me mis en frais de composer des textes répondant à ces critères  anciens. Voici celui que je choisi lorsqu’on me demanda d’en faire l’illustration.

Le lac retrouvé

Ciel sillonné d’outardes

vivement, l’orage…

le printemps

n.b. acrylique sur toile, teinte sépia

 

 

 

13 réflexions sur “Étrange destin

  1. « Par un vent d’Automne
    Naquit une artiste Nabis
    Sous une feuille d’érable. »

    Étrange et beau destin, Diane. La toile et le texte sont très réussis !

      1. Tout à fait d accord ! La seconde raison, s il devait y en avoir une, est que ce mouvement d’artistes était très attiré par le japonisme, tant par les textes que l’art de l’estampe.

  2. J’avais entendu parler de ces petits poèmes haiku. Je suis contente que tu m’en précises les règles. J’aime » l’évanescence des choses ». J’ai trouvé ton haiku très beau. J’aime beaucoup les arrangements floraux japonais, les films japonais, l’art japonais en général.

    1. Merci pour ton commentaire malgré la distance.
      Mon imagination n’a pas trouvé son compte dans la recherche et les textes académiques de ma discipline, je me sentais limitée, à l’étroit. Aujourd’hui, je peux donner libre cours à mon cerveau droit…

  3. Avec toutes ces belles paroles Diane, je peux que me limiter à l’influence poétique restrictive ‘haïku’ pour dire de ton tableau… ‘Beautiful’, as in delighting the senses (and if I may dare elaborate beyond ‘haïku’) as well as the mind aestheically.

  4. Merci pour ce «japonisme» fort approprié en ce novembre dépouillé. Voici le haiku que ma situation commande:
    Enfin déployée
    dans ce qui n’était hier
    q’un vain horizon
    Diane

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.