Marcel et ses problèmes

Marcel se décide enfin et ouvre la porte d’une chambre au sous-sol de sa maison. Horreur! Il voit tout ce qu’il n’a pas réussi à jeter au cours des 20 dernières années. Un fouillis de livres, de poteries, de disques, de meubles, d’articles ménagers, de vêtements.

Il est tout de suite attiré par une longue fourrure : « Ernestine l’aimait tellement ce manteau. Quelles belles loutres! » Il hume, ses doigts se promènent, caressent, puis s’immobilisent pour mieux sentir la douceur. « Elle était grande Ernestine, il a fallu beaucoup de peaux pour l’habiller. Mais j’étais tellement fier de la voir se promener dans le village. À l’église, les femmes la suivaient du regard jusqu’à notre banc. »

Marcel regrette de s’être aventuré dans cet antre. Il y retrouve Ernestine à laquelle il s’efforce de ne pas penser. Il se dirige d’un pas ferme vers la porte.

Sur le seuil, il remarque, à droite, une boîte tapie contre le mur, remplie de bocaux. Les conserves d’Ernestine! Déjà trois ans! Il s’agenouille et dévisse quelques couvercles. Il tâte les petits cornichons qui semblent encore fermes, mais les confitures sont garnies de dentelle blanche. « Je les jetterai la prochaine fois ».

Il se relève avec le ferme propos de quitter la pièce.

Du coin de l’œil, il entrevoit des bouts de tissus multicolores. « Les courtepointes d’Ernestine! Je n’ai jamais rien compris au piqué, au matelassé et autres complications, mais j’ai toujours admiré le résultat. J’aurais dû lui acheter une meilleure machine. Elle me l’a demandée… » Rongé par le remords, le cœur déchiré, les yeux humides, il ferme brusquement la porte de cette pièce, se promettant de ne pas y revenir de si tôt.

8 réflexions sur “Marcel et ses problèmes

  1. I liked it as I so indicated. I found it touching. It evokes a feeling of sympathy for someone’s loss, as though looking in on the scene unnoticed. Nicely done. Jean-Jacques Fournier

  2. Ce pauvre Marcel a certainement beaucoup d’autres choses à nous révéler. Il est déjà tout à fait sympathique avec son gros chagrin, son deuil qui ne semble pas facile à assumer. Une nouvelle avenue d’écriture s’ouvre …pour toi comme pour nous!

    1. Ce texte est le fruit mes travaux et de mes synthèses réalisés dans le cadre d’ateliers d’écriture. Je cherche des outils pour la rendre la fiction intéressante. Tes commentaires me portent à réfléchir sur l’avenir. Merci.

      Si Alie rencontrait Marcel lors d’un séjour dans une auberge non loin de son village?

  3. J’aime ton texte touchant sur Marcel. Tu délaisses donc tes souvenirs pour explorer autrement le thème du souvenir. Quel riche réservoir que celui du passé, on ne s’en fatigue pas. C’est comme promener des jumelles sur un vaste panorama lorsqu’on a gravi assez haut une route montante.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.